Otra vez

El invierno quiere llegar, los que no queremos somos nosotros. Nos aferramos a los buenos recuerdos del verano, a las conversaciones al borde de una cerveza, a las sonrisas cómplices, al viento caliente despeinándonos todos.

Otra vez me he tomado el tiempo para guardar la ropa de verano. He dejado algunos t-shirts en el cajón de abajo, para poder ponérmelos debajo de las mil capas que me cubrirán del frío polar que se avecina. Todos de super héroes. Caminaré por las calles, como una Wonder Woman de incógnito, esperando que nadie se dé cuenta que he aterrizado aquí y que mi espada está clavada en éste suelo helado. Terrible. Gentes en otras ciudades sentirán frío y yo me reiré, desde las temperaturas de congelación que vendrán. No pueden conmigo, fools.

Otros actores aparecerán en mi sitcom personal. Otras bandas sonoras, otros ingredientes secretos. Tal vez sobrevivan hasta el verano siguiente. Tal vez incluso quieran calentarse los pies bajo mis cobijas o volver a su sitio mis mechones salvajes en una tormenta de nieve. Tal vez me miren y me encuentren y me quieran atesorar y me quieran hacer eterna. Yo haré lo propio, si quieren.

Pero mientras tanto, los nuevos desafíos en tres idiomas, donde los más importantes son el querer decir lo que siempre quieres decir, aunque nadie quiera leer. Aquí, en la virtualidad. Allá, en la realidad. On y Off.

Ahí vamos.

Love is sharing:

I just came home to write to you

I have to give you my poor universe in a few lines, squeezing that sadness, my usual sadness, that lives all the time with me.

Of course, you will not learn anything, there, from your indolent perfection, away from me.

“Every time is different” I always say, highlighting the surprise of finding a rare pearl in my dinner. . .

But this time, you pushed my door open,
just dressed up with your supernatural smile;
reading me fully,
stamping your name and your taste on my lips,
like nothing,
as if there was only me in your arms,

Then, from the top of your sky, you make me die.

You did not know me, but you saw me there hidden,
you saw my determination in fighting battles every second, while you being indifferent to my furies,
you were surrounding them, while I was staying just there, in front of you.

This delicate work of filigree has made me your apostle,
cursed me for others,
it has completely lost me.

That is why,
while I was falling into that abyss you had prepared for me,
I could only look enraptured, how my star,
like a seal of fire,
was shining on your skin.

Love is sharing:

Searching for a job as an immigrant in another country

I live in the Quebec region, Canada, since 2011. I spent five years in the Capitale Nationale and now I live in the metropolitan region of the second French-speaking city in the world, Montréal.

I have 6 resumes. They are all mine. They go like this:

  1. General, in English.
  2. General, in French.
  3. For positions in Social Media Management, in English.
  4. For positions in Social Media Management, in French.
  5. For positions in Digital Project Management in English.
  6. For positions in Digital Project Management in French.

Because the job search in a Canadian bilingual region is like that.  Just a single resume in just one language is not enough. You must have it in the two that this region speaks of, especially if you live in Montréal. Just to get started! Then, if you have specialized in two disciplines, or you are looking for employment in two fields, then you have to highlight the experience in each of those fields. Since I do digital MKT and digital projects, then I have to do 2 versions of each one.

… Without counting on your Plan B, which is the “surviving resume”, that you use to get a job “for while” and it also has to have a version in each language, just a single page, because baking muffins and cleaning tables don’t need much about your academic skills. I’m not urged for this one, happily.

The things to consider, essential in the Canadian resume: that your information is correctly written, that the text is IMPECCABLE and that above, does not exceed 3 pages. That does not mean that you stay calm with those documents. You will have to adapt them to the demands of the work proposal, trying to make it an exact match, sometimes “literal” so that the filters of the recruitment systems (yes, automated) could catch the keywords of your resume. It means that there will be times I will have to modify them, if necessary, depending on what the company I want to apply for seeks.

Of course, we must add the famous Canadian-Québécois motivation letter. If you are already versed in both languages, you can afford to modify it without problems, adding information that may be relevant to the employer. If not, you have to check a thousand times before sending it, with the minimal modifications to a template that puts you on nerves, because you know that if there is only one lack of writing (especially if you are in COM) you will be discarded in one.

“Oh yeah, I want to go to Canada too” “Oh yes,  I bet you are having a great time there”

There has not been a single day of work in which I have not earned every dollar with the sweat of my brow and the burning of my neurons. I have worked much more and left on the field than I did in Peru. But I have never felt more proud of my achievements and although sometimes things do not go as expected, and looking back only gives me more momentum to get ahead. It gives me the claw to jump higher.

Because being an immigrant is living the challenges daily. Challenges that range from the simple aspect of having to express yourself in a foreign language (or languages, as in this region), understand a sometimes disconcerting culture and have to prove that you are twice as good to have an opportunity to shine. It is hard, it is every day, but it is what we do, with a smile, with gratitude, with our eyes wide open. We have come here to learn.

During this experience, you know many people whose job will be to block you from jumping. They will tell you that YOU CAN NOT. Let them look at you, because YES YOU CAN. I repeat:  YES, YOU CAN.

It is not pure  “Monday Motivation”, useful when you do not want to get up. It is the hard truth if you need to believe it and above all, if you want to live it.

Let each Monday be a day when you make the resolution to do something new with your life. Nobody can’t stop you! Not even if you have to do 6 CV and 2 letters in languages that are alien to you, although everything seems complicated, even if you feel tired, even if they have made you doubt your own professional abilities. You have come from afar, you are living the adventure of your life! You have taken the great step of leaving your comfort zone, you do it every day when you leave your house, and you face a society that sometimes does not want you to be here!… Keep in mind that we are many in the same trance, as I do now since I decided to come to Canada.

Come on, get up today and shine. Do it, feel powerful. Just go.

Published here on September 24th, 2018.

Love is sharing:

It would be worth

 

I absolutely love this song. I decided to translate it with a hidden intention, of course: to make someone dream. Because I am Dreampicker, I pick up dreams everywhere, especially from people I really appreciate. Enjoy the trip.

It would be worth it if you went through my life,
that you had the audacity to let me love you;

It would be worth sharing that beauty,
that you lost your head, how to explain it;

It would be worth it if you put together the courage,
because there is no other journey than the one that goes to your heart
that destiny caught at your waist, that madness,
it would be worth it;

(It would be worth it) if we spend the night deciphering our eyes,
the feeling that sweet is powerful;

It would be worth it if you lost your sanity,
that you forgot the moderation, it would be worth it;

(It would be worth it) spend the life given ourselves to the sweetness,
time plays against the heart that doubts;

how to explain to you joy and tenderness,
if you do not try the adventure,
it would be worth it…

It would be worth it if you lost your sanity,
that you forgot the moderation, it would be worth it,
(It would be worth it) spend the life given ourselves to the sweetness,
time plays against the heart that doubts,
how to explain to you joy and tenderness,
if you do not try the adventure,
it would be worth it…

It would be worth it…

Original lyrics here.

Love is sharing:

Finale

Muse, je ne pouvais pas dormir. Après notre incident au milieu de la station centrale du métro cette nuit-là, je me sentais vraiment idiote. Je me suis aperçu que tous mes efforts pour rester neutre avec toi avaient échoué misérablement et que maintenant j’étais de toute évidence, amoureuse de toi. Exactement ce que je voulais éviter coûte que coûte.

Tu étais assez mal à l’aise car je t’avais laissé seul sans finir ton affaire. Tu avais perdu une occasion de remplir ton carnet et ça te laissait maladroit. On a essayé d’être courtois et de rester amis, mais c’était certain que tu n’avais pas d’intérêt à côtoyer quelqu’un qui faisait tout l’effort pour cacher son intérêt pour toi et qui, en plus, avait reculé assez désastreusement. Quelle sorte d’idiote ferait une chose comme ça? Quelle sorte de femme perdrait l’occasion de passer un bon moment avec toi, Superman?

Moi, je ne savais comment guérir mon cœur (et mon amour propre) en attendant tes efforts inexistants. On a mis de la distance, même virtuelle, et ce symptôme d’abstinence me désespérait.

J’avais besoin de boucler la boucle, pour moi… et peut-être pour toi. Je ne pouvais être sans toi et en même temps, je m’enfermais en t’attendant. Je m’étais aperçue de l’urgence de cet effort la dernière fois que je t’avais rencontré avec nos amis : je tremblais en ta seule présence. C’était une sensation de faiblesse inattendue et épouvantable. Je devais arrêter de l’éprouver. J’avais besoin d’une guérison extrême, d’une amputation.

J’ai cherché comment le faire. Peut-être un acte exagéré de ma part, pour sortir théâtralement de ta vie et revenir à mes sens? J’ai choisi ça: te reprocher de ne pas être pas là quand je te le demandais, comme si j’étais ta blonde. Malade, non? Génial!

Hé ben oui,  ça a bien marché. J’ai eu le dernier mot, comme toujours. Je l’ai fait pour te faire sentir soulagé de ne pas avoir eu plus de moi qu’un baiser, et te faire croire de toute évidence que je suis une folle dangereuse.  Plutôt que tu comprennes vraiment que la fille qui t’a écrit tous ces billets de blogue n’arrête pas de rêver à toi, et probablement ne cessera jamais de le faire.

Et je l’ai fait… je t’ai laissé partir, même avec un nom, choisi pour toi, Muse.

Love is sharing:

On garde l’amour pour une occasion spéciale

Nous nous sommes rencontrés. Je t’ai aperçu dans la multitude, mais j’étais trop timide pour t’annoncer que je venais d’arriver. Je me demandais quand j’aurais l’occasion d’avoir un moment tranquille avec toi, au milieu de la folie des gens qui parlaient, de la musique étourdissante, du tintement des verres pleins et des visages anxieux des amoureux. Ça s’est finalement passé plus tard dans la soirée.  C’était bref, simple. Tu me racontais ta vie et tu me demandais aussi de te raconter la mienne. Je t’avais presque tout dit, mais j’ai caché que ce que je sentais pour toi. J’avais écouté attentivement quand tu parlais et j’avais compris ce que tu es, à l’endroit où tu vas. Je t’ai encouragé à trouver ta motivation, ta raison d’être ici. Une raison assez forte pour ne pas tout laisser tomber, malgré le mal du pays et les souvenirs d’un amour qui n’a pas fonctionné. On s’est dit des plaisanteries pour bien finir la conversation. Le café où nous étions fermait. On devrait y retourner chacun chez soi. On a marché rapidement jusqu’au métro.

J’étais tranquille, j’étais en paix. Apparemment.

Mais quelque chose s’est passé avant de se dire au revoir…

Je t’ai embrassé!  ZUT.

Je ne sais pas quelle force s’est emparée de mon corps et lui a fait faire cela! C’était comme si mon cerveau s’était éteint et que je fonctionnais avec le souffle de vie de mon corps pendant ce moment complètement étrange. Et pire, ça m’a fait prier les dieux pour que le temps s’arrête! Au milieu de la station centrale! On aurait dit une scène d’un film classique: deux personnes empêtrées dans un baiser qui ne finissait pas. Et je suis priée que le temps s’arrête seulement pour cette situation inattendue de ta part. Or pour moi, c’était inévitable car je ne pourrais pas continuer à vivre dans cette galaxie sans connaître la saveur de tes lèvres, sans sentir la douce odeur de ton cou. Je devrais revenir à la vie avec la chaleur de ton corps! J’ai pris le courage de découvrir tout ça, malgré mon horrible timidité. Je me suis lancée sans parachute, de façon desespérée sur toi.

Tu étais vraiment surpris… mais tu n’as rien fait pour arrêter ça. Tu m’as demandé si ce baiser était amical. Non. Il ne l’était pas, ma Muse. L’amour qui s’y cachait, timide,  déguisé en passion. Et je n’ai pas le courage de dire à mon coeur qui doit laisser tomber. Donc, on garde l’amour tranquille dans ma poche, pendant que j’écris ces chroniques et on les démêlera dans une occasion spéciale, mais pas à toi, c’est certain. Calme-toi, Muse. Pour toi c’était simplement un bisou. Pour moi, c’était la fin du monde, mais je suis encore vivante.

Je suis encore… en vie.

Calme-toi. Je trouverai la façon de te débarrasser de moi. Je te le promets.

Love is sharing:

Bleu

Tes yeux me transpercent, Musa. J’essaie de ne pas les rencontrer. Je parle du climat, de la difficulté des immigrants à s’adapter, de mes plans pour la fin de semaine avec mes amis, du film qu’on va regarder demain, du climat encore une fois…

 

Je remarque tes ongles rongés, tes mains crispées pendant nos conversations de groupe et tes doigts qui arrachent les objets avec anxiété, et je voyage en silence dans le plus profond de ma tête, pour te fabuler.  Mais souvent je me distrais et j’atterris encore une fois dans tes yeux apparemment translucides, mais qui ne me révèlent rien, sauf une étrange et visible peur de me questionner sur ce que tu veux vraiment connaître. Bien sûr, muse, j’ai aussi peur de te réponde car je ne sais pas mentir. Je sais seulement changer la conversation, clore les sujets, te demander de me raconter ta vie et ainsi te faire oublier l’intérêt à savoir si je t’attendais. Je maîtrise l’art de t’éviter.

 

C’est une tâche stressante, tu comprends.  Je prends tout l’effort de penser que ça va fonctionner, que je vais finalement t’oublier, qu’il y a autres problèmes vraiment plus urgents à résoudre que toi. Donc, je fais de mon mieux pour être indifférente, mais quand tu me parles, ou me touches par accident, je me sens mourir. J’ai du mal à cacher que tu as le pouvoir sur moi. C’est décourageant.

 

Peut-être que la chance sera avec moi et que je pourrai me débarrasser de ce sentiment plus rapidement que ces textes; que je finirai de les écrire et que tu seras un souvenir de l’hiver froid de cette ville pleine des gens qui ne veulent plus être seuls.

Love is sharing:

Ce cauchemar

Ma chère Muse, je me suis réveillée en sursaut à l’aube, avec le cœur dans la gorge. J’avais rêvé avec toi. Pas exactement ça. Sans toi.

 

Dans mon rêve, je me souviens d’avoir regardé mes messages sur mon téléphone cellulaire et je n’étais pas capable de trouver ton numéro, même ton contact. Je le cherchais frénétiquement pour une raison inattendue, et je désespérais. Tu n’étais pas là.

 

Je me sentais tellement perdue. Je pensais que tu me détestais, que tu ne me parlerais plus jamais comme d’habitude, pour ne rien dire, que tu n’attendais pas mes réponses avec sarcasme. Que tu n’aurais pas le moindre intérêt de savoir si notre groupe commun d’amis avait quelque chose à faire en fin de semaine.

 

Car ça y est le truc avec toi: tu apparais et disparais à ton gré. Cependant, j’essaie de faire ma vie normalement, si c’est possible après t’avoir rencontré. Car tu as bouleversé mes plans de tranquillité, d’ordre et progrès. C’est grave.

 

Donc, au lieu de t’envoyer un message pour savoir si tu es encore là et me vendre complètement comme une folle, j’ai ouvert mon cahier mauve et j’ai écrit de la poésie. C’était extraordinaire, ma muse! Je ne le faisais plus depuis que je suis venue ici, dans enfer blanc. Le Loup était resté même avec cette partie de moi, et je ne savais pas comment la récupérer.

Mais toi, ton absence m’a apporté ça. Une incroyable poésie en anglais que tu jamais ne liras.

Love is sharing:

La Muse est apparue

Hélas. J’ai eu une semaine à oublier. J’ai mal dormi trois jour sur cinq, j’ai reçu de mauvaises nouvelles professionnelles et je n’ai pas perdu de poids malgré ma diète stricte. Je me suis senti vieillir chaque jour. Je me suis sentie tellement seule, inquiète, défectueuse.  Tellement découragée.

Cependant, La Muse est apparue.

Je le nomme « La Muse », car c’est à lui que j’écris maintenant, dans mes trois langues, tu sais. Je suis certaine qu’il ne me lit pas, très occupé à ses affaires, très concentré sur luimême. Mais telles choses me contentent, car il découvrira tous ces textes trop tard, si j’ai de la bonne chance. Donc, j’écrirai plusieurs chroniques qu’il ne connaîtra jamais, et dont bien sûr que vous profiterez à lire. Je sais que vous n’aurez aucune façon de l’en aviser, que ce casse-tête est fait pour me cacher et lui cacher que je l’observe toujours, comme une vraie “stalker” et que ça me plaît beaucoup. Je vais lui faire croire qu’il ne m’intéresse pas, que je suis dans ma bulle. Mais je le regarde, avec le cœur serré, lorsqu’il se consacre à la chasse d’autres femmes plus disponibles (plus jeunes et intéressantes) que moi.

Ma Muse.

Ben oui, je vais lui écrire. Je lui raconterai toute ma vie, tout ce parcours qui m’a conduit jusqu’à ce moment parfait où j’admets que je suis la pire amoureuse du système solaire et que je n’ai que mes textes pour m’exprimer. Ces sont les uniques espaces de (i) réalité dans lesquels j’habite. Avec lui. Avec mes paroles qui fleurissent, comme d’habitude, pendant tout le temps que j’entends leurs conversations qui ne sont pas pour moi. Je ferai tout ça au lieu de devenir folle pour lui, au lieu de perdre ma cohérence, mon sang-froid, quand je le parle. Au lieu de tout lui dire, tout ce que je veux lui déclarer, fiévreuse. Au lieu de dire lui dire en face ce qu’il ne pourrait jamais croire…

En échange de tout ça, le silence, les banalités, l’indifférence.  Je suis devenue une comédienne compétente, et maintenant (et pourtant), j’ai une muse… et je le remercie de son existence.

*Avis: Ces histoires en français pourraient être ou non réelles.

Love is sharing:

Le Loup et la Muse

Ma chère muse, tu n’as pas encore de nom. Tu es simplement La Muse (comme ça, en majuscules), et c’est tout. Peut-être que toi, La Muse,  tu gagneras (ou annonceras) ton propre nom, un nom plein de lumière ou d’ombre. Un nom qui t’identifie parmi les autres muses qui existaient avant toi.

 

Parce que c’est vrai, ma Muse, il y en a eu deux autres comme toi. La première muse est devenue éternelle, car c’est elle qui a déclenché toute cette affaire, mais elle est perdue dans ma mémoire et ne mérite plus que l’on parle d’elle. Elle s’appelait elle-même « L’Ornithorynque » et elle défiait toute ma capacité intellectuelle, pour finalement mourir, déshonorante, aux bras des autres femmes. Je me souviens avec amertume — et peut-être avec l’incrédulité — de lui. Pas plus que ça. Mais j’étais jeune, et mes poèmes se succédaient dans un flux interminable. Je lui ai dédié ce livre de poésie, douloureux, mais exorcisant : et après l’avoir publié, comme si elle était un mauvais accouchement, j’ai enterré cette muse sans pitié. Je renaissais comme un phénix.

 

Mais la deuxième…

 

La deuxième était un loup. Il était un loup d’argent, plein de fierté. Orgueilleux de ses racines, de sa race, de son ADN furieux, même s’il était né près d’un lac. C’était était un loup qui défiait la gravité, qui remontait jusqu’en haut des Andes, et au sommet, regardait vers l’infini. Il était rarement au le niveau de la mer, tranquille; il semblait toujours en train de bouillir. Son état naturel était un feu interminable, inextinguible. Sa manière de m’observer me traversait, même à distance. Car Le Loup était intelligent, était perceptif. Car il me connaissait comme la paume de sa main. Il m’agitait, il me calmait, il me faisait l’aimer sans remords.

 

Le Loup écrivait aussi! Même si sa langue maternelle n’était pas la mienne, il la maîtrisait. Il me donnait les textes les plus incroyables qu’une femme ait reçus dans sa vie. Il me faisait rêver avec des phrases. C’était comme si tout son corps se donnait dans un texte. Il était à moi. Du moins, je le croyais.

 

Mais je te disais, Le Loup, ce magnifique loup que m’avait ordonné de le rencontrer à l’autre bout du monde — sans même comprendre que mon aventure ici était aussi une façon de lui montrer que je deviendrais la femme qu’il méritait —, il m’a quittée avant de venir ici. Je vais te dire un secret : je continue à sentir sa présence, les nuits froides, quand je suis à l’extérieur. Je le sens encore crier au loin, affamé. Cependant, je comprends que tout est dans ma tête, qu’il ne viendra jamais me chercher comme le prince d’un film romantique.

 

Je sais que je marche seule, mais pas solitaire. Je sais que je suis mes expériences, mauvaises et hallucinantes comme des épiphanies. Je suis Légion, ce groupe de démons qui parlent tous en même temps et te font peur quand tu me regardes dans les yeux. De cette manière je me sens forte, malgré les cicatrices qui couvrent mon corps; toutes ces blessures ont été faites par ces deux muses, parfois cruelles, parfois nécessaires pour ce parcours que je fais. Je suis certaine que tu m’en fera d’autres, mon amour. Je serai aussi fière d’elles, car ce sont des expériences qui me montrent jusqu’à quel point je ne suis pas la fille qui est partie de la maison parentale autrefois. Je me retrouve dans ce miroir qui va à la dérive, qui ne reflète rien qu’à moi-même… mais qui te regarde.

Love is sharing: